1 In Trip

Anonymous, de Roland Emmerich

 

Mon premier film de l’année.
Au départ, je voulais voir « Time Out » d’Andrew Niccol, non pas pour J.Timberlake, mais parce que son réalisateur a signé Bienvenue à Gattaca, et que ce film là était génial. Mais malgré tous mes efforts, je n’ai vraiment pas pu faire coller mon emploi du temps aux horaires de Time Out. C’est une cause perdue….

Alors quand, afin de satisfaire mes envies cinématographiques, l’homme m’a proposé « Anonymous » de Roland Emmerich (il a réalisé « 2012 » mais rien à voir) dont le sujet est W.Shakespeare, j’ai dit oui. Shakespeare est à la bibliothèque ce que le chocolat est à la cuisine . Indispensable. Bienvenue dans mon monde. C’est un Maître. J’adore. D’un songe d’une nuit d’été que j’ai eu la chance de voir, la dernière fois, à Paris il y a un mois, joué par Mélanie Doutey et Laurent Dutch, à Richard III, en passant par Macbeth, ses œuvres sont le contraire de l’ennui, elles sont fascinantes et pour un auteur qui sévissait il y a cinq siècles, je trouve que ça reste assez actuel. Mais ça c’est mon opinion.

« Anonymous » s’intéresse à ce qui à notre époque, encore, reste une énigme: qui a écrit les mots signés par un certain William Shakespeare? L’enfant de Stratford avait-il vraiment le génie qu’on lui prête ou s’est-il trouvé au bon moment, au bon endroit, à une époque où devenir ce qu’on désirait être pouvait s’avérer impossible ?

Le film commence sur les planches d’un théâtre anglais et nous emmène rapidement à l’époque Elisabéthaine, du 17ème siècle. Tout y est : conspirations, romances (surtout impossible), costumes, politiques, mensonges, trahisons… et l’amour des mots… 2h18 de film qu’on ne voit pas passer. Une histoire qui tient la route et qui reste plausible. Des acteurs aux noms méconnus, mais qui à l’écran ont tout des plus grands. Espérons que pour le public ce film ne restera pas anonyme.

En VO au Gaumont comédie actuellement.

PS: Si vous avez vu « Time Out », laissez moi votre avis…

You Might Also Like

  • prysme
    12 janvier 2012 at 22:49

    Un très bon film, à voir impérativement en VO pour profiter de l’accent anglais et de la prestation des acteurs. Ca fait plaisir de voir que des réalisateurs très typé blockbuster comme Emerich sont aussi capable de faire des films par passion du cinéma sans penser à l’argent.