5 In Kids/ Trip

3 jours, 2 nuits en campervan avec We Van

we-van-blog-lcdm

Il y a 3 ans, le temps d’une journée avec des copines, j’ai expérimenté la vie en Combi Volkswagen. J’ai trouvé ça génial : on a pris le temps, on s’est amusées comme des gamines avec cette maison sur roue. Je m’étais promis d’expérimenter cette aventure, sur un week-end, avec ma famille. Pour tâter le terrain, l’an dernier, j’ai fait du camping sauvage avec les enfants et des amis.
Ils ont adoré, il ne me restait plus qu’à convaincre Mr de la beauté de la vie « sauvage ».
J’ai eu l’idée de lui offrir pour la fête des Pères, la location pour trois jours et deux nuits d’un campervan california chez We Van Montpellier. On est parti à l’aventure (vous allez voir!), le 19 juillet, avec une bonne heure de retard.

we-van-blog-lcdm1

Comme me l’avait suggéré le gérant de We Van Montpellier, j’avais fait les courses au préalable, emballé nos affaires dans des sacs souples, afin de pouvoir tout ranger facilement. Pour personnaliser un peu l’espace intérieur, j’ai emporté une petite enceinte bluetooth, un vase en bois, de la pâte à fix, des crochets (ceux qu’on trouve chez le suédois), une batterie de téléphone externe. On a chargé les duvets et nous voilà parti. Avant le départ, on a fait le tour du propriétaire avec notre loueur. Nous nous sommes rapidement approprié cet espace qui est devenu notre maison pour trois jours. C’est moi qui ai conduit. Mr a considéré, que notre excursion, étant son cadeau de fête des Pères, il allait profiter de la promenade. C’était une excellente idée. Conduire un campervan est agréable.
On a mis le cap sur l’Ardèche, direction Vallon sur Pont d’Arc pour notre première nuit. Nous n’avions pas trop baliser notre trajet. On s’est dit qu’en ne partant pas trop loin, on aurait plus de temps pour en profiter. Pour nous aider, j’ai téléchargé avant le départ quelques applis, dont Park4nights pour les « spots à dodo », Mon Nuage pour savoir quoi faire selon le lieu où on se trouve, Flush pour trouver les toilettes les plus proches (on va en parler du petit coin :-)), PackR (pour avoir l’essentiel avec soi), j’avais déjà Tripadvisor.
Au final, j’ai retiré PackR, étant une adepte des listes et ayant pas mal bougé, je n’en ai pas eu besoin.
En revanche, Park4night s’est révélé très utile, notamment pour notre spot de la première nuit.

we-van-blog-lcdm10

Premier spot dodo

we-van-blog-lcdm14

Les pieds dans l’eau

we-van-blog-lcdm-36

Les vacances en famille c’est trop bien

Voyager en van prend du temps, nous avons pris les départementales et admiré le paysage. Nous sommes arrivés dans l’après-midi à Vallon pont d’Arc (Ardèche), où nous nous sommes mis en quête d’un lieu pour passer la nuit. On a trouvé, tout près de la rivière. C’est là que nous avons passé notre fin de journée entre baignades et jeux. Une douche sommaire, oui c’est possible une douchette sort de l’arrière du véhicule, elle est reliée au réservoir d’eau. L’idée c’était de nous rincer, en gardant nos maillots. Nous avons sorti la table, rangée dans la portière coulissante, les chaises et inauguré la popote dans le van. Je vous rassure, je me suis simplifié la vie au maximum : pâtes au menu pour le plus grand plaisir des plus petits.
Adrien avait repéré un marché nocturne. Nous sommes allés y faire un tour. Je redoutais un peu de me garer, mais finalement, tout s’est bien passé. J’avais lu que c’était plus facile d’être à l’extérieur des villes lorsqu’on se déplace en van : la taille des places, celle du véhicule qui ne passe pas partout, mais aussi le risque de casse ou de vol. Après notre escapade, nous sommes retournés là où nous avions passé l’après-midi.

we-van-blog-lcdm17

Le coffre, à gauche un placard

we-van-blog-lcdm21

Au-dessus de leurs têtes un coffre de rangement

C’est un jeu d’enfant de passer du mode jour, au mode nuit. Je n’arrête pas de dire, que tout est très bien pensé à bord de ce véhicule. J’avoue avoir été comme une gosse lors de la découverte de toutes les astuces de rangement. Nous dormions, à l’arrière, les enfants ont installé leur « royaume » dans l’auvent intégré au toit. Ils étaient trop heureux de cette indépendance, de ce lieu à eux. Ils ont bien dormi, c’est l’endroit le plus aéré du van, car c’est assez ouvert sur l’extérieur. Il n’y a que pour les pipis nocturnes que ce fut un peu compliqué.

Faisons un point toilettes : il n’y a pas de wc à l’intérieur du campervan, pour différentes raisons le propriétaire préfère. C’est vrai que l’idée de dormir la tête sur les « wawas » n’a rien de très réjouissant. Pour les commodités naturelles, il y a une pelle qui accompagne notre faculté à trouver un coin tranquille.
En pleine nuit, Adrien m’a réveillé un peu perdu et assez pressé. Il fallait descendre, puis sortir dehors. Je pense que si on partait plus longtemps, d’une façon ou d’une autre, on se régulerait sur ce point. Là ça n’a pas posé trop de problèmes. Concernant le papier, soyons glamour jusqu’au bout, soit on peut le brûler, soit le ramener au van afin de le jeter dans une poubelle, sinon on l’enterre si VRAIMENT, on n’a pas le choix. Le choix d’un papier le plus écologique possible va de soi, tout comme le choix de produits d’entretien vert à bord du van.

we-van-blog-lcdm16

Salon, sous le coussin la table pliante intérieure

we-van-blog-lcdm22

La cuisine, avec les placard, l’évier, la plaque de cuisson, le frigo de droite à gauche

we-van-blog-lcdm37

Petit déjeuner en nature

we-van-blog-lcdm12

La vue

we-van-blog-lcdm24

Prendre le temps

Le matin, ce fut un vrai bonheur de se réveiller avec le bruit de l’eau. Il n’y avait personne autour de nous. En moins de 10 minutes, le coin « dodo » était redevenu le coin « salon ». Dans un van, l’espace restreint, pousse à ranger au fur et à mesure. Chaque chose a une place, c’est donc très facile. Les enfants se repèrent très vite et participent d’autant plus aux tâches « familiales ».

we-van-blog-lcdm11

Ils se sont appropriés les espaces facilement: cachette, cabane de jeux…

we-van-blog-lcdm20

Leur « royaume » juste au dessus de nous

Dans la matinée, nous avons mis le cap sur Labeaume. Un village trop mignon en bordure de l’Ardèche. Je vous en avais parlé dans mon billet sur le blogtrip ardéchois. Je voulais depuis y emmener mon mari et mes enfants, ils ont adoré notamment la boutique de déco vintage Jeux de lin. On a fait les touristes, puis on s’est trouvé un restaurant sur la place pour déjeuner. Cette année, nos vacances ont été assez mouvementées, car nous avons beaucoup bougé. Là, on a vraiment pris le temps de se poser. En attendant nos plats, on a joué à trouver un nom pour le van. C’est une sorte de tradition, les vanlifers donnent un petit nom à leur van. Pas facile pour les loulous de s’entendre, ils ont fini par se mettre d’accord sur Ocean Aria (c’est le girl power dans ma famille) Je n’étais pas peu fière, notre van aussi avait son petit nom. Dans l’après-midi,  Adrien s’est trouvé des copains pour jouer au foot, Léna et moi, on s’est raconté des histoires en sautant dans l’eau.

we-van-blog-lcdm9

we-van-blog-lcdm35

we-van-blog-lcdm30

we-van-blog-lcdm31

we-van-blog-lcdm32

we-van-blog-lcdm29

C’est peu de temps avant d’aller chercher un spot à dodo qu’Emmanuel m’a soumis l’idée de trouver un endroit plus dans la montagne, afin d’admirer le coucher du soleil, somme toute une chouette idée. Nous voilà, donc sur la route en quête de l’endroit idéal. Tandis que je roulais, mon homme a cherché sans succès un spot sympa référencé sur une appli. J’ai continué à rouler, à un moment, j’ai failli m’arrêter afin de  demander à l’habitant d’occuper son terrain pour la nuit. L’endroit était joli et calme. Timide de nature et peu habituée à ce type de situation, je ne l’ai pas fait pensant trouver mieux ailleurs.

Nous avons continué sur une route (plus petite) faisant confiance au GPS et aux panneaux de signalisation (!), jusqu’à se rendre à l’évidence que nous avions fait une erreur. Elle commence peut-être ici notre véritable aventure, en tout cas, on s’est fait des souvenirs.

Cependant, à ce moment-là, on s’est surtout fait peur. Plus moyen de faire demi-tour, le ravin d’un coté, la route trop étroite et malgré les manœuvres le van qui n’arrive plus à remonter.
Il est environ 20h, on est dans un lieu-dit, la nuit tombe, les enfants n’ont pas mangé et l’orage arrive.  Je vous jure, j’en rajoute pas! On a abandonné Ocean Aria, afin de se trouver un endroit où passer la nuit. En marchant nous avons fini par tomber sur une maison occupée, où nous avons pu appeler un taxi qui nous a descendu à Les Vans (c’était prémonitoire  ce nom …). Nous avons trouvé une chambre à l’hôtel des Oliviers, les enfants étaient contents après leur frayeur, ils avaient une suite et la promesse de se baigner à la piscine dès le lendemain matin.

De notre côté, on s’est demandé pourquoi on n’avait pas rebroussé chemin, comment on en était arrivé à se mettre dans cette situation. En fait, il n’y a pas de réponse, on a continué par méconnaissance de l’endroit pensant que la route allait s’améliorer. En discutant avec le gérant de l’hôtel, j’ai appris que les GPS ne sont pas toujours mis à jour et que selon les endroits, ils peuvent nous donner un itinéraire inadéquat. Une chose qui arrive peu en ville et passera assez inaperçue : de temps en temps, bien sûr, que la machine fait des erreurs, mais le plus souvent, je m’en sors en faisant un détour. Là, j’ai planté un campervan en pleine nature. Plus de peur que de mal et la sensation d’avoir vécu une véritable aventure, qui s’est bien terminée.
Nous avons eu la chance de tomber sur des personnes adorables, comme cette dame à Malarces qui nous a ouvert la porte de chez elle, puis amener au village le plus proche en voiture. Le taxi, Gael, qui n’a pas fait la grimace en voyant notre superbe berger australien (oui, elle était là) et qui s’est montré patient, avenant quand il a fallu trouver un hôtel au pied levé et de quoi manger. Le gérant de l’hôtel qui nous a accueilli chaleureusement avec notre quatre pattes et nous a mis le plus à l’aise possible.

we-van-blog-lcdm6

L’hôtel des Oliviers

we-van-blog-lcdm8

Petit déjeuner sous les marronniers

Il a fallu à Ocean Aria l’aide d’un câble et d’un 4X4 pour sortir de l’endroit où on l’avait malencontreusement amené. Nous avons pu reprendre la route immédiatement, afin de terminer notre petit tour et de ramener notre monture à bon port.

Clairement, cela nous servira de leçon pour la prochaine fois. Car si mon homme se trouve vacciné, pour l’instant de la vie nomade, il n’était déjà pas très chaud au départ alors avec ce qui s’est passé en plus… Personnellement, je repartirai bien et mes enfants aussi. Pourquoi pas sur une plus longue période, en anticipant un peu plus l’itinéraire, en vérifiant l’état des routes, surtout concernant les communes de trois habitants.
J’ai adoré ce sentiment de liberté, le minimalisme qui l’accompagne. J’avais moins d’un dixième de d’habitude et je n’ai manqué de rien. J’ai trouvé génial, l’impact sur les enfants. C’est ultra responsabilisant le fait de devoir se soucier de l’endroit où l’on va dormir, de faire attention à l’eau, de trouver où remplir le réservoir, de prendre en compte l’espace. Mes loulous savent que l’eau est précieuse, qu’on ne jette pas ses papiers par terre (sous peine de me voir me transformer en maman dragon), que parfois en arrivant quelque part, il faut commencer par nettoyer ce que les autres ont laissé (hélas) car c’est du bon sens. Là, ils ont appris à être plus ordonné que d’habitude, plus précautionneux quant à leur affaire: si on l’oublie, c’est tant pis… Plus proche de la nature aussi.

we-van-blog-lcdm28

Le placard intérieur, notre dressing familial. Sous la banquette un tiroir de rangement

we-van-blog-lcdm26

Une sorte de bible 🙂

we-van-blog-lcdm36

On avait à peu près la même chose (schéma de Drive your adventure)

Le bouquin Drive your aventure édité par We Van parle très bien de ce sentiment de liberté, d’affranchissement des obligations, d’une façon de vivre simplifiée. Je vous le recommande, les photos sont très belles . D’ailleurs heureusement qu’elles sont là, je n’en avais pas avec le toit du van ouvert, je pensais en prendre le deuxième soir ahahaha. C’est quoi la phrase déjà? -« Pourquoi remettre à demain, ce qu’on peut faire aujourd’hui? » oui pourquoi . Et puis il faudra bien qu’on reparte, les enfants n’ont pas eu le temps de manger des chamalows grillés en jouant à se raconter des histoires …. alors 🙂

we-van-blog-lcdm4

we-van-blog-lcdm3

we-van-blog-lcdm5

Si vous lisez ces lignes, merci de votre patience, cet article est dithyrambique. Quitte à être arrivé là, dites-moi si je vous ai donné envie de tester les campervans ?

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    Circée
    2 août 2018 at 07:41

    Tu as regardé hier soir Zone Interdite sur les camping cars ? Ils parlaient aussi des vans. En tout cas, c’est une aventure qui nous tenterait bien.

  • Reply
    Valérie Raynaud
    2 août 2018 at 13:46

    Vraiment très sympa ton article, j’ai beaucoup aimé ! J’aime ton état d’esprit de profiter et de se dire « et pourquoi pas » ?

    • Reply
      Maguelonne
      3 août 2018 at 11:27

      Merci Valérie, effectivement c’est une philosophie de vie chez moi 🙂

  • Reply
    Mary
    4 août 2018 at 10:04

    Ah lala j’ai toujours voulu faire ça c’est génial! Je comprends tout à fait ce que tu dis le sentiment de liberté, et en effet pour les enfants ça doit être top! Bel article 😘

    • Reply
      Maguelonne
      4 août 2018 at 11:29

      Merci Mary, maintenant c’est facile avec We Van. Je pense que l’autre période chouette c’est avant et après la belle saison.

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.