6 In Trip

Journal, vélo, tri sélectif et gestes écolos.

Je commence ce billet par une confession, le vélo comme moyen de transport j’y arrive pas.
Pas pour l’instant en tout cas. Ce que je transporte au quotidien nécessite un plus grand contenant qu’un panier de vélocycliste. Ça c’est dit.

Par contre, je vais garder cette rubrique écolo car je l’aime beaucoup. Je vous propose aujourd’hui de faire un retour au source. Pour moi une des choses primordiales dans ce domaine reste la diminution et la gestion des déchets. A mon sens c’est une réalité nos poubelles débordent, et quoi qu’on en dise cela ne va pas en s’améliorant. C’est vouloir faire taire sa conscience que de penser que c’est pas ou moins grave puisque on recycle de plus en plus. Le recyclage n’est pas une fin en soi mais un moyen qui a ses limites. Et la réalité aussi abrupte puisse-t-elle être c’est que moins il y a de déchets, moins il y a besoin de recycler, moins il y a de pollutions supplémentaires. C’est d’une logique implacable me direz-vous, mais d’un compliqué !
Toutes les personnes avec qui j’ai discuté reconnaissent que malgré un penchant vert prononcé, elles doutent encore souvent devant leurs poubelles. Une aberration quand on se souvient que ma génération a grandi avec le tri sélectif, on trie depuis plus de 20 ans et je ne parle pas des puristes de la première heure.

J’ai essayé de trouver un schéma simple, et imprimable pour vous éviter de douter au maximum. Il n’est pas parfait, car aucun ne l’est, au pire les Montpellierains et les personnes de la Métropole pourront appeler DEMETER -ils sont charmants, si, si et ils répondent c’est sûr- pour ce qui est de l’aspect pratique c’est évidemment loin d’être optimal: un bébé dans les bras de préférence en train de chouiner, l’emballage (bien gras sinon c’est pas drôle) dans l’autre… il y a de quoi vriller de la carafe rapidement et pour peu qu’il soit plus de dix huit heures c’est mort!

consignes-de-tri-sélectif

Je mets un bémol sur les sacs plastiques car ils ne sont pas recyclés partout.

le-tri-sélectif-

A ce stade il ne reste plus que le schéma, le reportage ci-dessous, très bien fait, vous apprendra que nos déchets ne désespèrent pas tout le monde loin de là, et enfin un mantra: « Si tu doutes, jettes dans la poubelle des déchets ménagers cela t’évitera de contaminer toute une poubelle voir tout un conteneur entier de déchets à recycler ».

Le meilleur moyen de ne pas jeter, c’est encore d’acheter en étant que consom’acteur, un terme qui a vu le jour il y a un peu plus d’une dizaine d’années. Acheteuses compulsives passez votre chemin, les lignes qui arrivent vont vous faire mal aux yeux. Pour faire simple, un consom’acteur est une personne qui va réfléchir à son achat: son utilité, sa solidité, l’endroit où il a été fabriqué, avec quoi, comment et par qui. Un processus qui s’inscrit dans le temps comme une habitude d’achat et qui permet d’éviter au maximum le périssable, voir de déjouer la fameuse et très controversée obsolescence programmée des objets. A une époque, Nature et Découvertes vendait des fascicules bien fait pour inciter chacun à prendre ses responsabilités.

Je ne dois pas être la seule à vouloir à nouveau éveiller ma conscience, car dernièrement et au fil de mes échanges, je trouve des échos à mon envie de renouveau green. Un peu comme sur le site de ma copine Aurélia où l’amour du beau côtoie la longévité et le respect du travail bien fait. Être accro au shopping c’est encore possible le tout c’est de le faire en pleine conscience.

You Might Also Like

  • Kantu - Birds & Bicycles
    22 mars 2015 at 15:59

    J’adhère bien sûr. Et le petit rappel de ce qui se trie est toujours utile en plus!
    Je vais regarder la vidéo 🙂

    • Les bulles d'inspiration d'Helychrise
      23 mars 2015 at 09:21

      Tout pareil, j’adhère!

      Même en travaillant dans le domaine de la protection de l’environnement, il m’arrive encore de me poser encore des questions lorsque je souhaite trier mes déchets.. Un rappel donc c’est très bien.

      Le mieux bien-sur c’est de ne pas consommer. Car le tri ne doit pas être vu comme une finalité.
      Il y a le compostage aussi, autre sujet à aborder!

      Pour le vélo, je comprends tout à fait! Je l’utilise quotidiennement mais cela a des limites. Je compte d’ailleurs écrire prochainement un article sur le sujet (ou plutôt sur ma relation avec le vélo-la nature).

      Bref je m’égare!

      bises

      • Maguelonne
        24 mars 2015 at 10:45

        Merci Helychrise pour ton commentaire. Le compostage est un des sujets que je compte aborder et non le recyclage n’est pas une finalité c’est un moyen qui n’est sans conséquences. Il me tarde de lire ton billet sur le vélo, en famille c’est vraiment pas facile.

    • Maguelonne
      24 mars 2015 at 10:40

      Kantu tu me diras ce que tu en penses, je l’ai trouvé bien faites 😉