In Trip

I love Rock’n’roll

Il y a quelques temps, j’ai eu un devoir intitulé « quelle est la meilleure invention de tous les temps d’après vous? ». J’ai alors hésité entre plusieurs inventions qui facilitent notre quotidien comme les smartphones, les ordinateurs, ou plus simplement les parapluies. Puis je me suis posée cette question; qu’est ce qui est indispensable à ma vie? Et j’en ai vite conclu que c’était la musique, mais pas n’importe laquelle, le rock bien sur. J’ai donc choisi de parler de la naissance du rock et de vous faire partager cette partie de l’Histoire.

http://youtu.be/yWgprZu4Hk4

Certains affirment que le rock’n’roll est né en 1954 avec That’s alright mama d’Elvis, d’autres, comme le musée de Chicago (Rock and roll hall of famé), vous dirons qu’il est né en 1951 avec le titre Rocket 88 d’Ike Turner et Jackie Brenston. La date précise reste relative de votre perception du rock, mais quoi qu’il en soit, le rock est né d’un mélange de cultures blanches et noires dans une Amérique en pleine ségrégation. Pour restituer le contexte historique je dirai que l’Amérique sortie victorieuse de la Seconde Guerre Mondiale, a une économie florissante et la période se voit prospère, cependant dans les états du Sud la misère reste omniprésente, la musique ayant toujours été un moyen d’expression, elle permet aux teenagers de s’exprimer pour la première fois de l’Histoire, de plus le rock abat les barrières sociales et ethniques entre les noirs et les blancs. Le rock nait de la fusion du rythm and blues, de la country, du jazz et du blues, ou de manière plus générale de la crème musicale des années post 1950 aux USA. Le rock est d’abord un moyen d’exprimer l’american way of life, sans jamais dénoncer les abus de la société, il est comparé au be bop de la génération précédente et marque à jamais la musique.

Mais voilà, en Europe on ne doit pas la naissance du rock aux mêmes raisons qu’aux USA. Le vieux continent se voit mis à feu et à sang par la Guerre, un désordre et une instabilité politique s’installent, Londres, toutes les grandes villes allemandes et le Nord ainsi que l’Est de la France sont en partie détruits, la misère est bien là, malgré les efforts des états. On retrouve en Allemagne des immigrés américains qui implantent leur mode de vie, et leur musique, le Royaume-Uni connait, avant beaucoup de pays, le rock and roll, grâce aux liens très étroits qu’il entretient avec les USA. En Europe le rock and roll est un exutoire, un moyen pour les artistes d’exprimer leur colère et d’oublier la guerre et ses désastres, ou bien encore le conservatisme anglais.

C’est aux britanniques que l’on doit la plus grande avancée du rock, les Beatles sont les premiers à franchir le cap en 1962 avec Love me Do et Please Please me, ils donnent naissance à la pop et quelques années plus tard, en 1967 changent la phase du monde avec l’album Sergent Pepper’s Lonely Heart Club Band. Il y a les Rolling Stones bien évidemment, qui font leurs débuts en 1962, avec leur leader Brian Jones, et non pas Jagger comme beaucoup le pense. Il y a ensuite les Yardbirds avec le mythique Eric Clapton.

En 1966, le rock prend un nouveau tournant, et devient plus musclé, avec Jimi Hendrix et ses quatre années de carrière qui ont transfigurées à jamais le rock et la guitare, avec son groupe The Jimi Hendrix Experience, les sons deviennent plus francs et génèrent plus de colère. La décennie se voit marquée par les Rolling Stones, précédemment cités, mais bien sur les Velvet Underground et Lou Reed, Bob Dylan ou encore les Beach Boys chez les américains. On retrouve des groupes aux expérimentations dites psychédéliques comme les Doors, Big Brother and The Holding Company avec Janis Joplin, ou encore Led Zeppelin. Rock et mouvement hippy deviennent inséparables, avec leur apogée en aout 69, à Woodstock.
Les années 1970 donnent naissance au hard rock avec ZZ Top ou Deep Purple et au punk rock les Clash, les Sex Pistols, Patti Smith ou encore les Ramones.
À partit des années 1980, le heavy métal fait son apparition avec des sons pour le moins énergiques et des riffs de guitare je l’admets assez puissants et impressionnants genre Metallica ou Gun’n’Roses.

Les années 1990 sont cools pour le rock alternatif avec les Red Hot Chilli Pepper ou Caesar.
Le grunge nait dans les années 1990, c’est un mouvement semblable au punk, au niveau de la rébellion et de l’anti-conformisme, avec des groupes comme Nirvana, ou Pearl Jam. Ce mouvement prend fin avec le suicide de Kurt Cobain en 1994, et laisse place au métal avec des groupes comme Rammstein et Marylin Manson(qui, je trouve, n’ont rien apporté de positif à la musique). Parlons du rock Californien comme Offspring ou Green Day, mélange de pop et du punk rock, musicalement assez mauvais mais commercialement rentable.

Et enfin les années 2000, avec un contraste musical de plus en plus marqué, le rock disparait au fil des décennies, mais les White Stripes, les Strokes, les Babyshambles, les Arctic Monkeys, les Strypes ou encore MGMT, Foals, Palma Violets nous sauvent.
Le rock, je l’espère, n’est pas prêt de mourir tant que des gens continueront à l’écouter, à le jouer ou à le vivre, il est plus qu’un état d’esprit ou un mouvement, c’est un mode de vie, une aspiration, une utopie, et j’aimerai finir sur cette phrase, qui à mon avis résume assez bien la musique et plus particulièrement le rock: Elvis a libéré les corps et Dylan a libéré les esprits.

Emma rock and roll

You Might Also Like