3 In Mood

Dukan fait le buzz

Une fois n’est pas coutume. Cet espace fait rarement le choux gras des polémiques qui égayent l’actualité mais là, ça m’a mise en colère….

Celles qui suivent notre fil sur Twitter, savent, qu’il y a quelques jours, je me suis insurgée à la lecture d’un texte relatant les idées (inepties) du Dr Dukan! Dans une lettre ouverte au futur Président de la république, P. Dukan lui souffle de taxer les futurs candidats au baccalauréat, d’une option « Poids équilibre ». En deux mots, ceux qui auront un indice de masse corporelle compris entre 18 et 25, sur la période de la seconde à la terminale, se verront gratifiés de points en plus lors de l’examen.

Cette lettre ouverte expose un projet visant à faire baisser le taux d’obésité en France. Pour le bien commun, précise-t-il, car il n’a besoin ni de publicité, ni de notoriété. Ben non! c’est sûr, ça fait quelques années que l’individu gagne sa vie à empoissonner celle des autres. Son régime est reconnu comme étant un régime alimentaire déséquilibré, pouvant entrainer des dysfonctionnements physiques (fragilité osseuse par exemple), avec à terme dans 95% des cas, une reprise de poids constatée. Hic!

Mais bon force est de reconnaitre, après maintes recherches sur le sujet, et discussions animées, qu’avoir la volonté de faire bouger les choses, dans ce domaine, n’est pas négatif. Chacun fait avec ce qu’il a et notre héros s’avance armé de 40 ans de nutrition en bandoulière. Il semblerait même, qu’au delà de la polémique sur des points au bac, il aborde le sujet de l’industrie agro-alimentaire et propose des réformes pour améliorer la qualité de ce que nous mangeons.

Je parle au conditionnel, car je n’ai pas lu le livre. C’est pas faute d’avoir essayé, mais cette lettre ouverte n’existe pas en version numérique. Je me dis que dans un bouquin qui fait 221 pages, qui se veut force de proposition, le fait de gracier de 2 points des lycéens, reste un paragraphe. Alors pourquoi ça me dérange autant ?

Sûrement parce que dans une société où les diktats de la mode sont omniprésents, quitte à affamer celles qui la représente,  et faire dire à des gamines de 16 ans qu’elles sont grosses, alors qu’elle s’habillent en 14 ans, notre héros moderne propose de culpabiliser des jeunes, sur leur apparence physique, à une période où le rapport au corps est difficile.  Bien sûr, que notre système scolaire est tel que les notes viennent jalonner le parcours des étudiants, mais ces notes valident un apprentissage cérébral, en aucun cas elles n’interfèrent sur le corporel.

C’est de la responsabilité de chacun d’être ce qu’il est. Tout le monde ne rêve pas de rentrer dans un 34. Les formes généreuses ont leur place dans ce monde, d’autant qu’à l’heure actuelle, la normalité physique obéit à une mode que la société nous impose (si la Vénus de Milo faisait un 34, ça serait plus la Vénus de Milo, mais un personnage souffrant de malnutrition si l’on se réfère aux normes de cette époque).

Bien sûr, que l’obésité est un problème de santé publique et qu’il n’est pas à prendre à la légère. Mais votre solution cher docteur, est une ordonnance qui mène droit aux troubles du comportement alimentaire, qui sont aussi un problème de santé publique. On ne juge pas une personne sur sa corpulence, et le baccalauréat n’est pas un concours de beauté mais un examen de fin d’études portant sur les connaissances de ses apprenants. Si votre objectif est la sensibilisation aux risques liés à l’alimentation, peut-être qu’une proposition visant à renforcer l’éducation nutritionnelle, serait tout aussi efficace, bien moins stigmatisante et en aucun cas discriminatoire. Si en sus, vous arrivez à influer sur les orientations de l’industrie alimentaire, à induire une révision nutritionnelle sur les produits de consommation courante saturés de sel, de gras, et de sucre (surtout les bas prix) alors oui, sans aucun doute, vous rallierez des gens à votre cause, tout en préservant le moral des futurs bacheliers français. En attendant félicitation depuis le 05/01 vous faites le buzz!

 

You Might Also Like

  • Claire
    26 janvier 2012 at 15:01

    Danger publique pour la santé !

    Et Pan ! Dans tes dents Dr mes couilles ! Allez demain il va se rallier à un mouvement politique et va demander sa place de ministre de la santé.
    Non mais on va où là ????

    Je connais plutôt bien les problèmes de comportement alimentaire et je suis scandalisée.

  • Milo
    26 janvier 2012 at 15:32

    C’est bon de te lire Claire……

  • Loreleï
    28 janvier 2012 at 03:13

    Alors on commence par donner des points à ceux qui sont génétiquement avantagés, à ceux qui ont des parents équilibrés et une bonne santé, puis on donnera des points à ceux qui ont un compte en banque bien géré, et pourquoi ne pas carrément pénaliser les jeunes qui ont un comportement inadapté aux règles de normalité définies arbitrairement par des magasines de mode choisis d’après le volume de leur lectorat (sans mauvais jeu de mots ^^) ?
    C’est 1984 version santé…
    Depuis plusieurs générations, on nous encourage à malbouffer. Depuis très peu de temps, les valeurs alimentaires reviennent tout doucement à une forme de naturel relativement accessible. Et maintenant il faudrait tout réapprendre selon les dictats restrictifs et totalement subjectifs d’un hypermotivé du régime sous prétexte de popularité ?
    Mais enfin, où est passé notre légendaire libre arbitre, celui qui nous permet de penser librement, de remettre en question et de tenter de comprendre ? !
    Dans sa démarche, ce terroriste de la gastronomie nie jusqu’à la moindre parcelle de connaissance de soi que nous apporte la vulgarisation scientifique enseignée dès le primaire.
    Je rêve d’un cours d’apprentissage de l’écoute de soi intelligente dès le collège…