In Mood

The Districts

On reprend petit à petit les bonnes habitudes, cette semaine je vous parle de rock. J’ai découvert il y a quelque temps un groupe: The Districts. Le genre de groupe que l’on écoute en boucle pendant des semaines et des semaines et qui remplace pendant un temps tous nos classiques. Leurs morceaux sonnent comme au siècle dernier, quand on savait encore faire de la musique, quand les Beatles étaient murmurés sur toutes les lèvres, quand Rihanna et David Guetta n’étaient pas encore nés et que la musique venait des tripes.

The Districts c’est dur à décrire parce que c’est tellement bien, c’est tellement ce que nous attendions, tellement ce que nous ressentons. Des chagrins d’amour, des relations à distance, la peur de grandir et de partir, la mort, les autres et nous dans tout ça… En somme la vie. Alors, oui, je vous le concède ce n’est pas le premier groupe à parler de tout ça, mais faut voir comment eux en parlent. Les accords et les sons sont exceptionnels, la voix cassée et puissante de Rob Grote fait frissonner et les paroles sont vraies et sincères.

p01y61kb

En 2009, alors qu’ils sont encore au lycée ils forment le groupe, reprennent des titres de Led Zeppelin et Jimi Hendrix, ils répètent dans des garages et se produisent dans la cafétéria de leur lycée. Puis internet les propulse dans le monde de la musique, leurs singles obtiennent plus de 400 000 vues et l’opportunité de sortir un EP leur est avancée, Kitchen Songs sort donc en 2011. Suivi de While You Were In Honesdale, de l’album Telephone et de l’EP The Districts en 2014. Très récemment ils ont sorti <a href= »http://www.deezer.com/album/9651266″> A flourish and a spoil</a>. C’est toujours aussi bon, aussi vrai et percutant qu’avec Telephone. J’ai tout de même un petit penchant pour 4th and roebling et Young Blood.

Je vous laisse apprécier ce petit bijou:

You Might Also Like