2 In Mood

Rock américain #playlist

J’ai été un peu surmenée ces derniers temps mais chose promise chose due: ma fameuse playlist de rock américain.

Il faut remonter jusqu’en 1951 avec le titre Rocket 88 de Jackie Brenston et Ike Turner pour voir naître le rock’n’roll, trois ans plus tard un jeune homme du Mississippi, un brin rebelle, chantera That’s alright mama et l’Amérique entière sera choquée. Peu à peu, le rock rentre dans les moeurs et jusqu’en 1958 Elvis reste à la tête des charts avec des titres comme Jailhouse Rock, Heartbreak Hotel ou Hound Dog, qui restent des titres plus que mythiques du rock. Un autre grand du rock américain de cette même époque est certainement Jerry Lee Lewis avec le titre Great balls of Fire, d’ailleurs Springsteen a dit à son égard « Cet homme ne joue pas du rock’n’roll, il est le rock’n’roll ».

MI0002253248Un amateur de rock se doit de connaître Chuck Berry, ou du moins Johnny B.Goode titre de 1958. Beaucoup pensent que le titre Twist and Shout a été écrit par John Lennon, mais en réalité il a été écrit par Phil Medley et Bert Russel en 1961, et sa version la plus notoire outre-atlantique est pour moi celle des Isley Brothers.
Bien que pas mal dénaturée à cause du film éponyme, la chanson Pretty Woman de Roy Orbison est assez classique dans le rock américain.

Maintenant, un groupe que j’aime énormément The Beach Boys, I Get Around, ça vous dit forcément quelque chose, avec Sufin’ USA, I Get Around ou encore Good Vibrations. Bob Dylan, après 7 albums folk enregistre Like a Rolling Stone et rentre dans le rock. Le groupe Byrds qui a relativement perdu de son influence avec le temps reste plutôt classique, même si pas mal de leurs titres sont des reprises avec notamment Wheels on fire ou Mr Tambourine Man.

Parlons du Velvet Underground maintenant, mais si la pochette avec la banane d’Andy Warhol qui a fait scandale à cause des chansons avec des paroles SM, de drogues et de sexe. Venus in Furs, Heroin ou encore I’m waiting for the man.
Les années 70 sont très chargées en bonne musique avec notamment Light my fire des Doors, mais les Doors c’est tellement plus qu’un titre numéro 1 du billboard; Gloria, The End, Riders on the storm, Queen of the Highway, Hello, I Love You et tellement d’autres titres magiques.

Si les british ont Clapton, les américains ont Hendrix, Hey Joe, Purple Haze et bien sur l’hymne américain au festival de Woodstock, rien à rajouter, tout est dit.
En 1972, Louurl Reed quitte le Velvet Underground et sort Walk on the wild side, quelques années plus tard il enregistre Perfect Day, ça plombe, mais c’est beau.
Neil Young, je vous l’accorde, plus folk que rock, a marqué l’année 72 avec le titre Heart of Gold sur l’album Harvest.
Roxanne, l’héroine de Cyrano de Bergerac, est devenu un nom de prostituée en 1977 avec le titre éponyme du groupe Police. D’autres titres comme Message in a bottle ou Every Breath You Take sont classiques aujourd’hui.
Boys Don’t Cry, c’est le titre phare du groupe The Cure.

Un titre que j’aime beaucoup mais qui est plus folk-pop à mon goût c’est Come On Eileen des Dexys Midnight Runners.
Prince et Purple Rain, ça c’est mythique, BO du film du même nom d’Albet Magnoli sorti en 1984.

Dans les années 80, Springsteen sort Born In USA, The river, ou Dancing in the Dark et un peu plus tard Streets of Philadelphia.
Nirvana depuis 1987 sort des titres comme Smells teen spirit, Come As You Are ou Rape Me, On a Plain, ou Sliver.

kurt-cobain-large-msg-134481651448Il paraît que c’est classique Metallica, Iron Maiden ou encore Motorhead et Van Halen, le hard rock c’est pas tellement mon truc… Y’a Guns n’roses aussi ou Blondie.

Pour beaucoup le rock est mort le 5 avril 1994, en même temps que Kurt cobain, mais pour d’autres, comme moi, le rock continue à vivre et des groupes tels que The White Stripes avec le titre Seven Nation Army, les Red Hot Chilli Peppers avec Snow, Under the bridge, Californication ou bien Can’t stop, The Killers avec Mr Brithside ou Human. Plus récemment avec les Strokes et à peu près tous leurs morceaux, Someday, Under Cover of Darkness, Soma, Barely legal, Is This It… MGMT avec Kids et I Found A Whistle. Dans le genre new wave, on a les Drums avec Let’s Go Surfing ou l’album Portamento, ou bien le titre très récent I Hope Time Doesn’t Change Him sur l’album Encyclopedia.
Y’a les Vampire Weekend aussi avec Umbelievers, Diane Young, Don’t Lie et Oxford Coma. Plus récemment, The Orwells avec Who Needs You, Mallrats, In My Bed ou encore Remember When.

Voilà, je crois que j’ai à peu près fait le tour, bien que la liste reste non exhaustive. Je rajoute bien sûr les Ramones, ZZ Top, Sonic Youth, Kiss, Pixies…


Cette pépite, c’est The Districts, un groupe qui sort du lot, je vous en reparle très bientôt.

Et vous, c’est quoi vos groupes mythiques du rock américain?

You Might Also Like

  • Les bulles d'inspiration d'Helychrise
    1 avril 2015 at 10:57

    Ralala la musique rock c’est une partie de moi! Tellement fait de concerts et festivals! Trop génial de tomber sur ton article surtout qu’à priori c’est aussi le sujet de ton mémoire de Master?

    J’avoue faire un blocage sur le rock des années 80-début 90. Peut-être aussi parce que c’est pile poil ma génération.
    Je reste nostalgique des Pixies, Sonic Youth, Radiohead de ces années là, du grunge de Kurt, de la vraie brit pop et surtout des songwritters indé torturés comme je les aime – j’ai découvert Jeff Buckley en 1999 juste après sa mort – les boules mais j’étais encore trop jeune – Joseph Arthur, Rufus Wainwright.

    Dans les dinosaures, je reste admirative devant Jimmy Hendrix, dans un autre style les Beatles.

    J’en oublie c’est sur ou plutôt j’ai du mal à faire un tri dans ma tête!

  • Emma
    2 avril 2015 at 18:48

    Haha merci, sujet de TPE du bac plutôt*