2 In Mood

Journal d’une vélocycliste à l’essai

Alors comment vous dire: le vélo, c’est rigolo! Ce qui est la grosse poilade c’est d’avoir fait ce pari au mois de janvier, parce que c’est pas gagné d’avance, on peut résumer ça comme ceci:
Nombre de kilomètres parcourus: 20 kms environ (pas mal)
Nombres d’accidents: 0 (bon j’ai failli tomber 2 fois le temps de l’avoir en main, mais suis restée en selle)
Courbatures: 0 (c’est pour les fainéantes)
Nombres de fois où j’ai pris la voiture (craquages): 5 fois, 1fois  en journée et 4 fois la nuit (rhooo vilaine)

Bon voilà cela fait une quinzaine de jours que j’utilise ce vélo mi-manuel, mi-électrique. Je l’ai surtout utilisé au début, dernièrement très peu, c’est la limite: les déplacements pros, il faut faire un minimum d’investissement pour pouvoir transporter son matériel. Ensuite je me déplace surtout avec mes loulous, et sur un vélo, comment dire; « je le sens pas », mais pas du tout. Il y a certes pas mal de pistes cyclables à Montpellier, certaines sont même charmantes, mais d’autres sont ridiculement petites et grignotées par des voitures en stationnement, il y a encore des progrès à faire avant de démocratiser le vélo comme moyen de transport familial.
C’est mon avis et il n’est pas partager de tous, le vélo a ses aficionados, c’est le cas de Magaly.


Depuis 2009 elle se déplace en vélo électrique. Avant elle roulait en scoot, elle avoue avoir perdu 5 minutes sur son temps de trajet mais ne regrette pas pour autant loin de là. Elle a équipé son vélo selon ses besoins et ne reviendrait pas en arrière: pas d’essence, pas de pollution et une consommation électrique à 0,03 cts.
Il faut compter 1300€ pour un très bon vélo, bien équipé, ce qui est important ce sont les pneus, un vrai investissement rentable (bons pneus = 0 crevaison en 5 ans), l’assurance annuelle équivaut à une centaine d’euros. Une fois parée pour affronter le froid, à ses yeux c’est un kiff quotidien. Elle admet volontiers qu’elle utilise le commerce de proximité, qu’elle limite ses déplacements lorsqu’il pleut, ou qu’il neige (enfin à Montpellier ça va), de toutes façons sa batterie la limite à 55 kms.
Ce qui pour moi n’est pas énorme surtout quand tu sais qu’il faut 6 heures pour la recharger, Magaly me répond amusée qu’elle n’est pas une sportive et qu’il existe des batteries de capacité plus importante voire des batteries portatives. A la question, peut-on être girly à vélo, elle répond oui, beaucoup d’accessoires existent dont un poncho pour la pluie qui recouvre tout le vélo, un must.

J’en suis pas encore là, je tâtonne la plus part du temps en fait: doudoune ou veste en laine?
Il fait vite chaud en vélo, par contre si le retour est tardif il fera froid et humide.

Voici mon équipement de base:

Journal Vélo #1

Journal Vélo #2

Un gilet jaune, cadeau d’une copine un soir, une lampe qui sert de phare, une gourde, un cordon, une batterie et mon téléphone. Un snood, un bonnet, des bunnies (indispensables!), des mitaines.

A ça j’ajoute une doudoune, mes  « UGG », (c’est la parfaite excuse pour les porter), des gants.

Je me rends compte que changer de moyen de transport implique des comportements différents, allant vers une attitude naturellement plus écologique: commerces de proximité, conscience de tes besoins: en vélo  exit le superflu. Une orientation qu’il ne me dérange pas de retrouver, bien au contraire.
Je reviens vite avec de nouvelles expériences et de nouveaux témoignages d’écolos en herbe ou convaincus.

You Might Also Like

  • Kantu - Birds & Bicycles
    1 février 2015 at 14:26

    Merci pour ton retour! Je me réjouis de voir la suite de ton pari, et d’autres témoignages.
    Comme toi je n’oserais pas faire du vélo avec un enfant dessus – mais parce que j’aurais peur de le faire tomber en gérant mal ce poids supplémentaire qui change le point de gravité de la bicyclette. Et sur la route avec les voitures et des Montpelliérains au volant: exclus!!! 😉

    • Maguelonne
      11 février 2015 at 17:32

      On est d’accord, le point positif c’est que ça laisse une bonne marge de progression, plus on sera nombreux mieux se sera.