2 In Voyages

L’Insensé éveille les sens

Le nom des cuistots jumeaux sétois n’est plus à faire sous le soleil montpelliérain.

Laurent et Jacques Pourcel ont depuis longtemps établis leur réputation et leur gastronomie en notre belle ville et en d’autres lieux. Tantôt encensés, tantôt critiqués, ils portent haut les couleurs de la gastronomie méditerranéenne.

Leur dernier né: L’Insensé, où j’ai eu l’occasion de dîner un soir de la semaine dernière. Le lieu ouvre ses portes sur le parvis du musée Fabre. On devine l’idée, une cuisine à deux vitesses, avec la possibilité de se faire un snack rapide avant ou après une expo, ou de prendre une table histoire d’initier son palais à des saveurs toutes droites sorties des cuisines étoilées des chefs aux deux macarons Michelin.

Si Le jardin des Sens, haut lieu gastronomique de la capitale languedocienne à un côté prout-prout qui peut en rebuter certain au premier abord, l’Insensé lui se veut abordable. Ainsi, si vous choisissez l’option d’une table, vous serez surpris de voir que les serveurs ont troqué leur livret contre un jean’s très mode et que la gomina s’est fait dégommée par le gel au profit d’une coupe hype qui se fond très bien dans une déco Lounge.

C’est pas pour autant que l’on perd en courtoisie, ce que l’on gagne en décontraction. Ce que j’aime chez les Pourcel c’est leur mélange simple des saveurs du sud qui étonnent le palais. Et même si la carte est de fait réduite, on garde ce plaisir qui les démarque.

Je commence mon dîner par le dessert, je choisie la crème brulée au foie gras, servie avec un mesclun de salade, un délice sucré salé qui conserve toutes les textures: la densité de la crème, le croquant du sucre se marient avec le fondant du foie un vrai délice! J’aurais pu saliver d’impatience en attendant la suite, mais elle arrive prestement. Un filet mignon de porc, accompagné des ses patates douces, qui courtisent une purée de pruneaux: la bouchée est délicieuse, l’assiette joliment décorée sans trop en faire. Le chef connait son affaire et signe son talent par un moelleux au chocolat à qui un fort goût en cacao donne sa superbe.
Cependant, c’est en lorgnant mon convive et surtout la douceur qu’il a choisi que je lui en veux un peu à ce chef. Baptiser « mille feuilles de pomme » ce qui ressemble, à si méprendre, à une génoise fondante recouverte de pommes cuites légèrement caramélisées, c’est induire en erreur la gourmande  que je suis qui n’aime pas la pâte feuilletée… Tant pis, ce sera pour une autre fois.

Vous l’aurez compris, on mange bien chez les Pourcel, et l’Insensé ne leur fait pas défaut. Bien sûr les fils du pays non pas la prétention d’un Ferran Adria, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande ici. Pour un menu, il faudra compter environ 30€, sans le vin. Servi au verre ou en bouteille, on vous proposera deux domaines. Mon choix s’est porté sur un verre de vin rouge tannique, fort en bouche, mais c’est mon goût.

 
L’Insensé: 39, boulevard des Bonnes Nouvelles 34000 Montpellier, 04 67 58 97 78

You Might Also Like

  • claiRe
    15 novembre 2011 at 09:48

    J’vais chercher un kleenex, je salive…

  • Milo
    15 novembre 2011 at 10:35

    Tant mieux… C’est fait pour!