Lifestyle

Split VS Baby Boss #cinéma

11 avril 2017

Deux films en une semaine et au cinéma en plus, je pense que ça fait des lustres que cela ne m’était pas arrivé.
Le premier film c’est Split, sur les conseils d’une amie, j’ai trouvé un trou dans mon emploi du temps et j’ai couru au ciné avant qu’il ne soit plus à l’affiche. J’ai adoré. Sûrement parce que le sujet me passionne.
Il aborde le phénomène de distorsions cognitives avec brio, poussant à l’extrême un phénomène bien réel, que nous vivons tous, tous les jours. Nos pensées influent sur notre cerveau donc sur notre comportement, notre état d’esprit. Nous sommes ce que nous croyons, le cerveau ne fait pas la différence entre réalité et projection imaginaire, une image est une image.
A nous de savoir comment utiliser cette notion qui peut s’avérer puissante. J’avais beaucoup aimé « Sixième sens » du même réalisateur, M. Night Shyamalan.

Split -baby-boss-blog-les-chroniques-de-myrtille

Split n’est plus à l’affiche je pense, scrutez sa sortie. L’histoire est bien ficelée même si on aimerait en savoir plus, certaines questions restent en suspens, laissant le spectateur choisir ses propres réponses. Dans la voiture on a bien débattu avec mon homme, en fonction de nos ressentis, c’est une dimension intéressante qui permet un échange enrichissant comme si la séance continuait encore un peu.
Kevin est tour à tour attachant, effrayant, voir hallucinant passant d’un extrême à l’autre en jouant sur la gamme des sentiments tel un pianiste virtuose sur son clavier. On ne voit pas passer le temps, aucune place pour l’ennui. S’il est classé en thriller, on ne sursaute pas tant (cela a dû m’arriver une fois!), on est tenu en haleine jusqu’au générique de fin. Une belle performance d’acteur pour Mc Lavoy et un film à voir assurément.

Hop! On fait un bon et là je vous propose mon retour sur Baby Boss. Deux films, deux mondes, deux ambiances, un trait de caractère en commun: le coté tortionnaire du personnage principal. Celui-ci je l’ai vu avec des enfants, c’est un truc de chouette, quand tu es parent, pas besoin d’excuses pour aller voir un dessin animé, tu emmènes tes gosses et même ceux des copines 🙂
Bref, on a occupé la moitié d’une rangée. On commence par le point négatif: on voit beaucoup de choses à la bande-annonce du coup, on s’attend à ce que ça monte encore et on reste un peu sur notre faim. Je vous rassure je me suis bien marrée quand même. Le film oscille entre l’imaginaire débordant des enfants et la réalité vécue par l’enfant unique, qui du jour au lendemain se voit « imposer » un petit frère.
Il y a un bail, une copine m’avait dit que pour le tout petit, l’arrivée d’un frère ou d’une sœur est comparable sur le moment à ce que nous ressentirions si: « Chérie je te présente Aglaé c’est ma maîtresse, elle va vivre avec nous à partir d’aujourd’hui, mais ne t’inquiète pas je t’aime de tout mon cœur et elle aussi »…. Ouais! Pas facile à vivre hein!  Évidemment l’enfant ne reste pas là-dessus et avoir des frères et sœurs est une super aventure qui dure toute un vie. Je vous aime mes sœurs (j’ai 4 sœurs, je suis l’aînée, je voulais juste les rassurer, pardon pour cette séquence émotion).
Je trouve intéressant que le film aborde le sujet délicat de l’attention. Trouver le juste équilibre entre le besoin d’attention du « grand » tout en s’occupant d’un nourrisson, peut s’avérer un exercice difficile. De la même façon, les enfants (aînés) peuvent voir à quel points les parents sont accaparés, sans le vouloir par le bébé qui réclame toute leur attention. Une prise de conscience en famille et en rigolant. Ceci dit si vous êtes enceinte d’un second, attendez encore un peu avant de le montrer à votre futur aîné. Adrien a retenu qu’un bébé prenait toute la place, ce qui est drôle c’est qu’il n’a pas fait la comparaison avec sa sœur qu’il adore. Par contre à la question « tu veux un petit frère ou une petite sœur » il a été catégorique le soir même il a répondu: « non merci » (oui c’est un enfant très poli), n’empêche c’est la première fois qu’il pique la réponse à mon mec. A bon entendeur, bon film!

 

Vous pourriez aussi aimer