In Lifestyle/ Mood

Sortir de sa zone de confort

mountains-zone-de-confort

Oscar Wilde disait : »Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais ».
Chacun met ce qu’il veut dans la définition de « folie ». Ce qui est certain, c’est que sans un minimum de risques la vie serait bien triste. Comme risque est un mot qui fait peur, je vous propose de le remplacer par opportunité. C’est déjà plus confortable, pas vrai ?

C’est fou ce qu’on aime notre confort, comme la routine, qui sur le papier semble si ennuyeuse nous colle à la peau. Pourtant, on éprouve un vrai bonheur à casser le quotidien, à être là où on ne nous attend pas. Pas la peine pour ça de prendre rendez-vous pour un saut en parachute ou en chute libre. Les choses simples fonctionnent le mieux et puis ce qui est rassurant avec notre zone de confort, c’est qu’elle ne va pas bouger, si c’est trop difficile, on pourra repasser en mode pilote automatique sans aucun souci.

En sortir, c’est choisir de faire les choses différemment, en conscience. Inutile d’attendre d’aller mal pour ça, on peut aller bien et se lancer des défis, pour avoir la sensation de se dépasser, un peu, beaucoup, passionnément.

zone-de-confort-schema

C’est même important pour son estime de soi, pour celles des autres, notamment pour les enfants. Si ces derniers ont besoin d’un cadre, ils doivent aussi apprendre que la vie n’est pas figée, bien au contraire, qu’il en faut saisir les opportunités. C’est dans les petites choses du quotidien que ça se joue.
Il y a peu, j’avais très envie de faire une soirée jeux de société, or mon fils devait partir chez son père le week-end. Ce qui remettait à beaucoup plus loin la soirée en question. Plutôt que de renoncer, j’ai annoncé à mes loulous que la soirée aurait lieu le jeudi soir. J’ai eu droit à des cris de joie et des yeux tout ronds : quoi on allait faire un truc différent un soir de semaine ? Mon homme m’a lancé un regard du style:  » Je ne te comprends pas, tu veux vraiment les coucher à pas d’heures alors qu’ils ont école, pourquoi se compliquer la vie ? » J’ai continué, en expliquant que la soirée passe vite, donc si on voulait en profiter, il fallait que chacun y mette du sien: pas de râlerie à l’heure des devoirs, pas de temps perdu à négocier le fait que oui, la douche est une action à répéter tous les soirs. Une façon de les responsabiliser et de les pousser à un peu plus d’autonomie dans un but commun. Pour le repas, on a opté pour des tartines et un bol de soupe, facile à faire, pas junk food et vite avaler. En les prévenant deux soirs à l’avance j’ai pu m’organiser et surtout les « préparer ».

Bilan, la soirée c’est super bien passée, ils étaient bien plus à l’écoute, deux fois plus réactifs et ils se sont couchés à la même heure que d’habitude. Ce qui était drôle, c’était de voir à quel point ils étaient contents, ils avaient fait un truc exceptionnel, peu importe qu’Adrien ait boudé parce qu’il a perdu deux fois ou que Léna ait pris son temps pour appréhender le jeu, ils ont passé une excellente soirée et nous de même. On a tous eu l’impression d’être en week-end un soir de semaine. Une expérience à renouveler.

Aller au-delà de sa zone de confort, c’est juste se pousser un peu, pousser sa famille, garder à l’esprit que la vie est pleine de surprises et que pour qu’elles arrivent, il faut un peu les provoquer.

Je reviens d’une semaine au ski, je skie depuis peu de temps. En fait j’ai skié un mois en quatre ans pas de quoi se prendre pour Marcel Hirscher. Chaque année, il y a un instant où en haut de la piste, quand ça commence à glisser sévère, je me demande pourquoi je prends ce risque, à bientôt quarante piges, de me casser une jambe. Arrivée en bas, je me félicite intérieurement de l’avoir fait et je recommence. Au début, j’ai la trouille, à la fin, j’ai gagné en confiance, je prends du plaisir et j’ai une certaine fierté à ne pas rester au chalet à faire la popote, cette année encore, je suis revenue sur mes deux jambes, complètement reboostée.

C’est mon exercice annuel, mais je vous rassure, on peut sortir de sa zone de confort bien plus facilement. Comment ? La prochaine fois que naturellement vous êtes enclin à dire non, dites oui : pour une sortie avec des collègues que vous ne connaissez pas,  pour goûter un aliment, tant pis si ce n’est pas bon, pour aller tester un cours de zumba et surtout riez de vous, amusez-vous. Le regard des autres est souvent le reflet du nôtre, prenez les choses avec humour, écoutez une nouvelle playlist, donnez rendez-vous à vos copines à une nouvelle adresse. Vous verrez ça fait un bien fou.

You Might Also Like