2 In Développement Personnel

Bain de Jouvence

bubble-bulles-enfants-emotions-

Toi, qui me lis en cet instant, pardonne ma familiarité. C’est la petite fille qui vit en moi qui s’adresse à celle qui est à l’intérieur de toi. Alors certes, la grande n’a pas toujours envie de s’effacer, elle prend parfois beaucoup de place mais, si elle veut, elle peut aussi lire ce message …

Un monsieur très connu a écrit un conte il y a déjà longtemps, il est fort probable que tu n’étais pas née. Il racontait l’histoire d’un petit garçon qui découvre avec étonnement le monde des adultes. Tu sais, ces « grandes personnes » qui ont oubliées qu’elles ont été des « petites personnes ». Quand je dis « grandes » et « petites », cela concerne la durée de leur vie sur la terre. Parfois, sous prétexte qu’elles font quelques centimètres de plus, elles croient tout savoir … Pour ma part, je crois surtout qu’elles oublient que c’est parce qu’elles ont été petites qu’elles sont devenues grandes … Si je te dis tout cela c’est pour que, quand tu grandiras, jamais tu n’oublies la petite fille qui vit en toi, parce que elle, elle ne t’oubliera pas !!

On est têtu nous les enfants, on lâche pas le morceau !! Mais on est tellement attachant, et, comme le disait le monsieur du livre : « on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » ou un truc du genre !

l-enfant-en-nous

Et maintenant, je reprends la main ou plutôt, devrais-je dire la plume, sur la petite… Car oui, grandes nous sommes devenues, et à grandir nous continuons! Pourquoi un tel propos dans cette rubrique santé ? C’est vrai, j’aurais pu vous parler des conseils appropriés pour se préparer à engloutir goulûment les mets délicieux de ces repas de fêtes de fin d’année, mais les années se suivent et les conseils se ressemblent. Cette période avant Noël me rappelle la petite fille que j’ai été, l’émerveillement, la joie, la spontanéité, la candeur mais aussi les chagrins, le sentiment de ne pas être comprise, la colère … les rêves, les peurs … Et aujourd’hui, qu’ai-je fait de tout cela ? Oh, plein de belles choses !! Je suis fière de moi, soyez fières de vous, profitez-en c’est gratuit ! Mais j’avoue qu’il y a des choses moins jolies, des traits de caractère à améliorer, et, même si on m’aime comme je suis paraît-il, je sais qu’il y a des choses à corriger. Et quand j’y réfléchis bien, je crois savoir d’où cela vient. La petite, rappelez-vous! Tout est de sa faute, elle m’a contaminée! Je lui en veux à celle là ! C’est pour ça que je préfère l’oublier.
Je garde les bons souvenirs et basta. Les mauvais je les ressors de temps en temps, cela permet d’excuser 2 ou 3 trucs, c’est pratique. Bon, c’est vrai qu’après tout, elle a le droit à l’erreur comme tout le monde la petiote. Elle aurait pu être parfaite, mais elle n’aurait sûrement pas autant apprécié les petites victoires sur elle même. Et puis, les erreurs, je crois qu’on appelle ça l’expérience, on a beau nous mettre en garde, on a besoin de s’y frotter nous même.
Elle a regretté parfois mais bon, je dois dire que je la comprends un peu quand même, ça m’arrive à moi aussi. En plus, je crois qu’elle a été triste, très triste même parfois, je n’aime pas trop y repenser, c’est désagréable. Mais là aussi, je dois admettre que c’est un apprentissage. Tout le monde il est pas beau, tout le monde il est pas gentil, ça non, mêmes les plus belles histoires nous le disent.

Plus j’y pense et plus je me dis qu’elle mérite bien d’avoir grandie. Elle s’en est plutôt bien sortie et avec un peu de chance je vais réussir à faire comme elle. Il suffit peut-être de transformer, tout simplement ! En fait c’était une magicienne, la petite ! Elle s’est bien débrouillée. Bien sûr, elle a été aidée même si, souvent, elle répétait :
« c’est moi que j’me commande » …
Je vais tâcher de ne pas les oublier ceux qui ont participé. Après tout, eux aussi, même s’ils n’ont pas tout réussi, je suis sûre qu’ils ont donné le meilleur.
Pour conclure, je crois qu’il est nécessaire de remercier la petite qui vit en nous car grande est sa tâche. Et oui, je vous ai dit qu’elle s’accrochait, elle est donc encore bien présente. Donnons sa place à celle qui voit avec le cœur, pardonnons lui ses erreurs, et permettons lui de s’accomplir avec confiance et bienveillance.
Un petit poème à lire avec le cœur justement …

La plupart de nos maux physiques et psychologiques viennent de notre incapacité à la laisser vivre et se réconcilier avec elle même. Voilà pourquoi ce billet dans cette chronique. En cette période forte en souvenirs, animons notre âme d’enfant. Je vous invite aussi à adoucir les liens qui vous unissent à toutes les personnes à qui vous avez été confiées. Certaines semblent vous avoir aidé mieux que d’autres mais n’oubliez pas que les autres vous ont aussi appris et qu’elles n’avaient certainement pas apaisé le petit qui sommeillait à l’intérieur. Essayons donc de pardonner aux autres, à nous mêmes, si riches d’imperfections à convertir. Mieux nous prendrons soin de nous, mieux nous serons aptes à soutenir et faire grandir les autres. Quel plus beau cadeau de Noël ?

You Might Also Like

  • Petite G
    17 décembre 2015 at 14:56

    <3 Ma "petite" à moi aussi elle a des fois du mal à se faire petite justement…
    Et quand on est maman, tu ne trouves pas qu'elle nous revient en pleine face parfois ? 😉

    Bises ma belle, et bonnes fêtes (Christmas is coming…)

    • Maguelonne
      2 janvier 2016 at 00:40

      Si c’est vrai, si on le reconnait c’est une bonne chose au final. C’est pas facile d’être parent en partie à cause de la « petite » qui parfois nous fait douter, en même temps on se remet en question et c’est positif