1 In Voyages

Cinéma: Blanche Neige

Nous avons pu découvrir cette semaine dans nos salles le tout nouveau film inspiré du conte des frères Grimm, crée par Taersem singh, « Blanche-Neige ». Le casting est composé de Julia Roberts, actrice que j’apprécie personnellement beaucoup, dans le rôle de la méchante belle-mère puis la jeune Britannique Lily Collins, qui n’est autre que la fille du chanteur Phil Collins, dans le rôle de Blanche-Neige.

J’ai donc profité de mon jour de congé pour aller voir ce film accompagnée de ma fille et de ma soeur.
La route étant un peu longue pour aller jusqu’à Nîmes et peur d’y trouver trop de monde, nous avons choisis le cinéma « Le Venise » à Sommières, certes c’est un tout petit cinéma avec 2 salles de projection… mais en plus d’avoir économisé les frais d’essence, le tarif des entrées y est nettement moins élevé (6€ le mercredi ou 7,20 la semaine contre 10,20 au Kinépolis à Nîmes)

Très impatiente, après avoir vu les bandes annonces, nous nous sommes replongées dans l’histoire de cette princesse élevée par une mégère attirée par l’argent et la beauté éternelle…
Au début du film, l’histoire commence effectivement par un « Il était une fois … » un peu réadapté. Le reste du film par contre n’est pas autant romanesque que notre Walt Disney préféré. En effet nos 7 nains connus sous les noms de Atchoum, Dormeur, Simplet, Profs, Timide, Grincheux, Joyeux se transforment de façon un peu plus moderne par Loup, Demi-Pinte, l’Instit, Gourmand, Crado … et ils ne sont pas mineurs et chercheurs d’or mais une bande de hors-la-loi, voleurs, limite NINJA perchés sur des échasses : mais néanmoins au grand coeur.
Quant à Blanche Neige, belle et rêveuse dans le dessin animé elle est ici téméraire et prête à tout pour sauver son prince et son royaume, elle apprend même à se battre à l’épée pour combattre sa belle-mère et sauver son prince .
Julia Roberts joue son rôle de reine à la perfection et brille par sa méchanceté, diabolique et nymphe.

Ce qui nous frappe surtout, ce sont les décors : splendides mais sentant bon le carton‐pâte. Les couleurs vives et saturées sont omniprésentes transformant presque le palais en parc d’attraction. Et on pourra apprécier les magnifiques costumes tous plus délirants les uns que les autres, en particulier ceux du bal qui se réfèrent tous à un animal.

Bref, ce film est très très loin du conte que nous racontons à nos petites filles.
Pour conclure, j’ai été déçue de cette adaptation un peu trop moderne à mon goût. Rien à voir avec la vraie histoire. La robe de la princesse à la fin de l’histoire est en total décalage avec les autres tenues du style papier cadeau. Histoire trop mouligasse… Phrases peu marrantes, ça traîne en longueur et manque des rebondissements.

You Might Also Like

  • Brice Butane
    19 décembre 2012 at 01:33

    Bonjour, il est drôle de lire que vous êtes venu voir ce film à Sommieres sans savoir que cette ville à une place dans l’histoire de Mirror Mirror. C’est à Sommieres que le production est venu chercher les echassiers qui ont tournés les cascades du film.
    Et c’est quelques mois plus tôt que deux ambassadeurs ont fait le voyage pour venir nous y rencontrer…